DIASPORA #2

Le regard se porte vers l’intérieur, celui des ateliers et de l’apprentissage. 
Le point de vue proposé est celui du quotidien.
Un rapprochement s’opère. 
Photographier ces jeunes mineurs étrangers est un acte sensible.
 
Il est important de garder à l’idée la fragilité de leur parcours et les conditions difficiles dans lesquelles ces jeunes se retrouvent parfois.